015 744 100 Support Login

FEMMES D’HONNEUR

Le mois de l’histoire des femmes est célébré au mois de mars et est consacré à la mise en lumière des contributions des femmes aux événements de l’histoire et de la société contemporaine. Chez Mood, nous sommes fiers de compter des centaines de femmes talentueuses au sein de notre équipe internationale.

Pour célébrer ce mois important, nous avons interrogé une poignée de femmes de Mood afin de connaître leurs conseils pour les femmes occupant des postes de direction, leurs inspirations et la manière dont elles prévoient l’évolution du paysage commercial à l’avenir.

Comment définiriez-vous un grand leader ?

Laura Matei : La qualité la plus importante pour un grand leader est l’empathie et la capacité à la concilier avec les résultats. Le mot clé ici est adapter, adapter, adapter !

Shari Green : Pour moi, c’est quelqu’un qui peut aider son équipe à comprendre comment elle peut avoir un impact sur les objectifs de l’entreprise afin qu’elle ait le sentiment de contribuer à son succès et à celui de l’équipe. C’est aussi quelqu’un qui croit vraiment qu’il faut offrir au client une expérience exceptionnelle tout en équilibrant les besoins de l’entreprise (que le client soit interne ou externe).

Amy Blackburn : Quand je pense aux grands leaders, il y a quelques personnes spécifiques qui me viennent à l’esprit. Ce sont les personnes les plus discrètes que j’aie jamais eu le plaisir de connaître. Leur absence d’ego et de jugement leur permet d’être pleinement conscients de tout et de tous ceux qui les entourent. Ce sont des personnes compatissantes et inspirantes qui vous mettent au défi et vous donnent envie d’être la meilleure version de vous-même.

Jaime Bettencourt : La définition d’un grand leader est celle d’une personne qui fixe des orientations, communique souvent, gère de manière authentique et avec empathie. L’authenticité est un élément essentiel de l’encadrement des personnes – vous devez être fidèle à vous-même et vous préoccuper des personnes avec lesquelles vous travaillez chaque jour. La culture est essentielle. L’instauration d’une culture de confiance, de dynamisme et d’attentes élevées permet de placer la barre plus haut. Je crois également que votre équipe doit savoir qu’elle peut échouer et que vous la soutiendrez toujours. Tant que votre équipe sait comment prendre de bonnes décisions commerciales et faire ce qui est juste, c’est tout ce que vous pouvez demander.

Shannon Tesch : Un grand leader est quelqu’un qui peut motiver et inspirer ceux qui l’entourent pour qu’ils prennent les défis à bras le corps, avec la certitude que le chemin est tracé devant eux pour réussir.

Torri Tippett : Je définis un grand leader comme celui qui motive, enseigne et inspire, notamment par ses propres actions. Il est très facile de tomber dans des schémas ou de se complaire dans son rôle, mais un grand leader montrera l’exemple tout en vous mettant au défi et en vous motivant pour exceller dans votre carrière.

Laura Diaz : Pour moi, un grand leader est quelqu’un qui fait toujours passer les gens en premier et qui comprend que les grands objectifs sont généralement atteints par un bon travail d’équipe plutôt que par des individus. Il est également important de motiver l’équipe et de rester positif, même dans des situations difficiles et complexes.

Raluca Constantinescu : Je pense que les grands leaders sont rares. Pour devenir un grand leader, il faut, selon moi, aborder la voie du leadership comme un voyage. Un voyage avec une destination connue mais une route inconnue à suivre. Un voyage où l’on s’arrête pour écouter ce que les autres ont à dire et où l’on décide parfois seul si l’on tourne à gauche ou à droite. Cela demande de la détermination, des conversations, des valeurs personnelles fortes et sans doute une ouverture d’esprit pour considérer que chaque opinion a sa valeur.

Norilynn O’Neill : Un grand leader est quelqu’un qui apporte le soutien nécessaire à ses équipes pour qu’elles réussissent, tout en permettant aux individus de prendre des décisions et d’exécuter des tâches d’une manière qui facilite leur croissance et leur développement. En d’autres termes, j’associe un grand leader au rôle d’un entraîneur : il aide les individus à s’améliorer, leur propose de nouveaux jeux et de nouvelles orientations, mais permet à l’individu de prendre la décision par lui-même.

Leeanne Snow : Un grand leader est quelqu’un qui crée une culture où les gens sont inspirés pour créer de grandes idées, une grande écoute, quelqu’un qui est motivé pour coacher, mentorer, inspirer une équipe pour qu’elle donne le meilleur d’elle-même. C’est un travail d’équilibriste et chaque jour présente un défi différent. La collaboration et la capacité d’écouter les personnes que vous dirigez sont des éléments clés pour être un grand leader. La frontière est mince entre le fait d’être un meneur d’hommes et un manager.

Linda Ralph : Pour moi, un grand leader est quelqu’un qui n’exige pas que vous le suiviez, ou qui ne possède pas nécessairement de grandes prouesses académiques, un grand leader inspire les gens à faire plus… à être plus, qu’ils ne pensaient pouvoir l’être, grâce à leur énergie naturelle, leur amour sincère de ce qu’ils font, et une vision claire d’un avenir meilleur.

Joanna Luke : Un grand leader est quelqu’un qui est prêt à retrousser ses manches pour aider son équipe à tenir ses promesses ; quelqu’un qui n’a pas une haute opinion de lui-même uniquement en raison de son titre ; quelqu’un qui dit « merci » pour un travail bien fait, quelqu’un qui sait quand s’excuser d’avoir fait une erreur et quelqu’un qui enseigne, nourrit et guide les autres pour qu’ils poursuivent (et améliorent) son héritage.

Layla Evans : Un grand leader est quelqu’un qui a la capacité d’influencer le changement positif et la croissance de ses employés et de l’entreprise. Un grand leader encourage, donne confiance et permet aux autres d’atteindre leurs objectifs. Un grand leader est éthique, a de l’empathie et est humble. Un grand leader inspire, promeut, soutient et évolue avec son équipe. Les dirigeants ont de grandes responsabilités.

Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui occupent des postes de direction ?

Laura Matei : Mon conseil serait de ne jamais laisser quelqu’un vous dire ce que vous pouvez ou ne pouvez pas faire. N’ayez pas peur, repoussez vos limites et aidez aussi les autres à se développer. Soutenez votre équipe et battez-vous pour les choses dont elle a besoin pour réussir.

Shari Green : Apprenez toujours de ceux qui vous entourent, même de ceux avec qui vous trouvez difficile de travailler.

Amy Blackburn : Pour les femmes qui occupent des postes de direction, j’aimerais leur rappeler qu’elles sont humaines. Soyez gentil avec vous-même, aimez-vous. Soyez toujours curieux et confiant, comme vous l’étiez quand vous étiez enfant. Soyez aimable et soutenez les autres femmes. L’énergie attire l’énergie semblable, alors entourez-vous de bonnes personnes.

Lindsay Warner : Croyez en vous et ayez confiance en vos capacités. Avoir confiance en soi vous permet d’établir une relation de confiance avec votre équipe et vous permet effectivement de remettre en question « la norme » pour trouver des moyens meilleurs et plus innovants de résoudre les problèmes.

Laura Radu : Soyez unique, faites confiance à votre intelligence émotionnelle et inspirez continuellement les autres.

Jaime Bettencourt : Apprenez à vendre. Vendez un produit, vendez votre entreprise, vendez votre valeur.

Être en contact avec les clients à un moment donné de votre carrière. Le fait d’être en première ligne vous aide à rester pertinent, quel que soit le niveau de l’organisation où vous vous trouvez. Apprenez à négocier pour vous-même. Une fois que vous avez acquis cette compétence et que vous savez qu’il ne s’agit que d’une conversation d’affaires entre deux égaux, la donne change. Ce n’est pas facile, mais c’est une compétence que vous devez apprendre pour un succès évolutif. Voyager et créer des expériences. C’est là que vous trouvez l’inspiration et c’est ce qui vous rend intéressant pour les autres lorsque vous avez une histoire à raconter. L’inspiration vient de partout. Trouvez quelqu’un qui croit en vous et qui peut vous aider à ouvrir la voie vers votre prochain rôle au sein ou en dehors de votre organisation. Vous avez toujours besoin d’un champion qui soit dans la pièce où vous n’êtes pas.

Shannon Tesch : Ne sous-estimez jamais votre potentiel, continuez à vous lancer des défis chaque jour et, un pas après l’autre, vous vous verrez fleurir.

Raluca Constantinescu : Si je devais donner un conseil, je rappellerais simplement à chaque femme qu’elle est là, dans son rôle, aussi parce qu’elle est une femme. Et qu’il n’y a pas de mal à se montrer sous son meilleur jour au travail et qu’elle apporte de la valeur en disant ce qu’elle pense et en exprimant à la fois ses opinions et ses émotions. Sans oublier les autres chapeaux qu’elle porte en plus de celui de chef.

Leeanne Snow : N’abandonnez jamais vos rêves. Visez toujours les étoiles ! Ne vous sous-estimez jamais. Apprenez à diriger avec confiance. Pratiquez l’intelligence émotionnelle car les femmes sont souvent perçues comme trop « émotionnelles » pour être des leaders efficaces.

Andreea Mocanu : Si vous avez peur de vous exprimer, ressentez cette peur et exprimez-vous quand même. Vous avez été engagé pour une raison et le monde a besoin de vos idées.

Linda Ralph : Croyez en vous-même et en votre capacité à réussir. Le succès n’exige pas d’être impitoyable ou manipulateur, il exige la force de prendre des décisions difficiles, l’humilité d’écouter et d’accepter quand vous avez tort, et l’intelligence émotionnelle de faire la différence. Agissez avec intégrité et travaillez dur, et vous serez sur la voie de la réalisation de vos objectifs.

Comment pensez-vous que le paysage commercial continuera à évoluer (pour les femmes) dans les années à venir ?

Laura Matei : Je pense que nous continuerons à voir comment les femmes leaders réussissent dans plus de domaines, et pas seulement dans les affaires. Nous résolvons les problèmes et cela se voit dans l’augmentation du nombre de femmes propriétaires d’entreprises aujourd’hui par rapport à il y a 50 ans. Ici, en Roumanie, je vois des femmes qui s’impliquent dans l’éducation, apportant de nouvelles méthodes d’apprentissage, des programmes efficaces pour les générations futures. Et si nous excellons dans l’éducation, nous excellerons dans les affaires, apportant une croissance économique durable. J’espère que le prochain paysage que nous allons conquérir sera la politique.

Shari Green : Je pense que les femmes continueront à assumer davantage de rôles de direction pour lesquels elles n’étaient pas prises en compte par le passé, ce qui fera évoluer les gouvernements et les entreprises qu’elles dirigent.

Jaime Bettencourt : Nous continuerons à voir plus de femmes trouver une voix et travailler ensemble pour s’élever les unes les autres. C’est un phénomène qui bouillonne depuis un certain temps déjà, et nous n’en voyons que le début de l’évolution. Les femmes sont parfaitement placées pour jouer un rôle de premier plan dans le nouveau mode de travail auquel nous avons tous dû nous adapter au cours des deux dernières années.

Torri Tippett : Je vois de plus en plus de femmes accéder à des rôles de direction, en particulier dans l’espace technologique et les industries de niche comme la nôtre chez Mood. Je me réjouis de voir davantage de femmes s’asseoir à la table des dirigeants, dans les salles de conseil et au-delà. Le fait de disposer de points de vue et de perspectives différents nous permettra d’être dans une position optimale pour comprendre nos clients, répondre à leurs besoins et développer notre activité.

Raluca Constantinescu : Le paysage économique est façonné par nous tous, femmes et hommes.

Je pense que les femmes font davantage entendre leur voix de nos jours et qu’elles sont un partenaire égal et précieux dans toute conversation. Je ne peux que prévoir de grandes opportunités de carrière créées pour les femmes.

Andreea Mocanu : Dans le futur, il n’y aura pas de femmes leaders. Il y aura juste des leaders.

Zinnia Salcedo : J’espère que nous continuerons à élargir les possibilités offertes aux femmes, aux femmes entrepreneurs et aux femmes occupant des postes de direction au niveau de la direction et du conseil d’administration. Pour notre prochaine génération de leaders, je pense à la citation de Sheryl Sandberg : « À l’avenir, il n’y aura pas de femmes leaders. Il y aura juste des leaders. » Alors que nous célébrerons la Journée internationale de la femme dans les années à venir, c’est l’espoir qu’il y ait des dirigeants justes, et que nous puissions, collectivement, nous pencher sur le passé pour continuer à tirer les leçons de cette époque et voir le chemin parcouru pour une représentation égale.

Linda Ralph : Si la pandémie qui a frappé notre monde a imposé de nombreux changements difficiles dans le monde des affaires, elle nous a également amenés à réévaluer toutes les « normes » traditionnelles. Travailler à domicile signifie qu’il y a moins de place pour les effets négatifs des commérages à la machine à café, des silos/cliques d’équipe ou du snobisme de statut. Il a été prouvé que les schémas de travail flexibles non seulement fonctionnent, mais qu’ils sont souvent plus efficaces/efficients plutôt qu’un obstacle aux perspectives de promotion. Dans cette nouvelle situation, chaque personne est traitée sur un pied d’égalité et est évaluée sur sa contribution directe et ses réalisations. C’est un avantage non seulement pour les femmes d’affaires, mais aussi pour toute personne qui a pu être négligée ou méconnue, quelle qu’en soit la raison.

Qu’est-ce qui vous pousse ou vous motive le plus ?

Laura Matei : Je suis motivée par le besoin de soutenir et d’aider les membres de mon équipe à se développer et à réussir. Je comprends que les objectifs sont plus faciles à atteindre ensemble et j’applaudis les femmes qui soutiennent d’autres femmes et aussi les hommes qui soutiennent les femmes dans leur développement professionnel. J’ai eu deux mentors ici à Mood, un homme et une femme, qui m’ont tous deux aidé à apprendre de leurs succès et de leurs échecs. Mais je dirais que le besoin de donner le meilleur de moi-même chaque jour est mon principal moteur.

Leeanne Snow : Ce qui me motive, c’est le coaching et le mentorat d’une équipe. Casser quelque chose jusqu’à la racine et reconstruire quelque chose de plus grand et de meilleur que ce que vous aviez avant. Observer un groupe d’individus se transformer en une équipe solide et soudée. Un exercice de renforcement de l’esprit d’équipe qui s’est avéré très fructueux a permis à l’équipe de développer un lien fort et de faire une déclaration audacieuse sur qui nous sommes et ce que nous défendons, et nous avons accompli cela ensemble !

Raluca Constantinescu : Les gens me conduisent. Faire partie de leur parcours, contribuer à leur croissance et à leur réussite et faire partie d’une équipe. Les vraies conversations me motivent. Des pensées honnêtes et bien intentionnées. Rire avec les gens me motive également.

Shari Green : Ce qui me motive, c’est de donner aux individus la possibilité de se développer professionnellement et d’atteindre leurs objectifs.

Lindsay Warner : J’ai joué et entraîné des sports de compétition pendant plusieurs années de ma vie, ce qui m’a donné les outils et l’expérience nécessaires pour devenir un meilleur leader. J’ai eu la chance de recruter des personnes très talentueuses et de pouvoir les promouvoir à des postes de direction tout au long de mon mandat. Il a été extrêmement gratifiant de guider la croissance de mon équipe et de voir l’impact qu’elle a sur l’entreprise.

Anita Lewis : Il y a plusieurs choses qui me motivent ; cependant, elles se regroupent toutes sous une rubrique principale… Le succès. Pour moi, le succès, c’est ce sentiment d’accomplissement lorsqu’on réalise un projet impossible. Il s’agit d’améliorer mes connaissances, de surmonter les difficultés et de mettre en œuvre des changements qui se traduisent par un meilleur environnement de travail. Enfin, c’est transmettre les connaissances que j’ai acquises à mes équipes et les voir grandir au fur et à mesure de leurs succès.

Norilynn O’Neill : Ce qui me motive professionnellement, c’est de me sentir appréciée pour mes contributions. Je veux que les autres sachent qu’ils peuvent compter sur moi pour les soutenir et les aider. Si je ne connais pas la réponse, je les oriente vers quelqu’un qui la connaît.

Linda Ralph : Ma plus grande motivation vient de la réalisation des objectifs que je me suis fixés, que ce soit dans ma carrière ou dans ma vie personnelle. Au cours de ma carrière, j’ai eu la chance de travailler avec des leaders incroyables, et j’ai appris quelque chose de précieux d’eux tous, et j’aimerais imaginer que peut-être quelqu’un avec qui j’ai travaillé puisse apprendre quelque chose de positif de moi qui, d’une manière ou d’une autre, puisse améliorer sa carrière aussi. Je suis reconnaissant de pouvoir participer à la prise de décision stratégique de notre entreprise, et je serai toujours motivé par la croissance de l’entreprise et la satisfaction des clients.

Laura Radu : « Votre sexe n’est pas ce qui vous fait sortir du lot, c’est ce que vous réalisez qui vous fait sortir du lot. »

Chaque matin, lorsque je me réveille, j’y vois une nouvelle occasion de viser l’excellence, de dépasser mes attentes et d’apprécier en permanence de marcher sur la route du succès entouré de mes collaborateurs (équipe et collègues) plutôt que seul, concentré sur la destination finale.

Joanna Luke : Continuer à apprendre tout au long de ma carrière contribue à me motiver. Il y a toujours plus à apprendre et des gens à qui apprendre. Personne ne peut tout savoir et il est très important d’être suffisamment humble pour accepter de ne pas connaître la réponse. L’autre chose qui me motive le plus est de montrer à mes deux filles l’importance des femmes dans le monde du travail et qu’elles peuvent réaliser tout ce qu’elles veulent à condition de travailler dur, de faire preuve de gentillesse et d’avoir une attitude positive.

Quelle femme dans votre vie vous inspire ?

Shari Green : Pour moi, ce serait Evelyn Bardahl McNeil. Evelyn est une femme que j’admire depuis notre rencontre. Sa plus jeune fille et moi sommes des amis proches depuis plus de 30 ans. Evelyn a repris la gestion des activités de course de Bardahl Manufacturing à Seattle, des hydroplanes, des voitures Indy et des avions de son père à la fin des années 60. À cette époque, elle était veuve et avait six jeunes enfants. Evelyn est devenue présidente du conseil d’administration de Bardahl à la fin des années 80, gérant les affaires nationales et internationales de l’entreprise. Evelyn a été surnommée la « SUPER MAMAN » originale car, bien qu’elle travaillait à plein temps, elle n’a jamais manqué un match de football, une réunion de l’association des parents d’élèves, un programme de vacances ou une journée portes ouvertes pour aucun de ses six enfants. Chaque fois que je pense à tout ce qu’elle a accompli dans sa vie personnelle et professionnelle, je suis vraiment inspirée !

Amy Blackburn : Bien que j’aie eu beaucoup de femmes inspirantes dans ma vie, y compris mes deux grands-mères, ma mère a toujours été ma plus grande source d’inspiration pour vouloir faire plus et être plus chaque jour. Même si elle est décédée à la fin de l’année 2020, j’entends toujours ses paroles et je me sers de ses conseils pour prendre des décisions concernant ma vie, grandes ou petites. Elle m’a appris à être une personne indépendante, à penser par moi-même et à aimer grand.

Laura Radu : Ma mère, qui m’a appris que rien n’est impossible, tant que j’utilise mes talents au maximum, que je fais confiance à mon instinct et que je suis prête à travailler suffisamment dur et à rester constamment motivée.

Raluca Constantinescu : Ma mère. Elle était pour moi un véritable exemple de résilience mêlée à une perspective optimiste. Elle aimait être entourée de gens et aimait les faire sourire. Elle n’a jamais cessé de se battre pour ce qu’elle voulait réaliser. Elle trouvait toujours des moyens d’atteindre ses objectifs. Elle a été une source d’inspiration pour moi et elle fait partie de ce que je suis.

Layla Evans : Mon tout premier patron en sortant de l’université était une femme. Elle n’était pas seulement l’unique propriétaire de notre entreprise, mais elle a été mon premier mentor. Elle m’a montré la voie et m’a appris les ficelles du métier, mais m’a aussi permis d’être authentique et autonome dans mon travail. Elle m’a toujours incité à sortir des sentiers battus et à continuer de progresser. Elle m’a toujours donné le sentiment d’être appréciée et valorisée. Parfois, ce sont les choses simples qui comptent le plus.

Linda Ralph : Il existe de nombreuses femmes inspirantes qui ont façonné notre monde : Marie Curie, Harriet Tubman, Anita Roddick, Malala Yousafzai, pour n’en citer que quelques-unes. Mais la femme de ma vie qui m’inspire le plus est ma meilleure amie Kelly. Malgré le fait qu’elle ait été continuellement bombardée de plus de stress émotionnel que beaucoup ne pourraient en supporter (la perte tragique d’un jeune frère ou d’une jeune sœur, la détérioration de sa mère par la démence, la perte de son père par l’alcool), elle a consacré sa vie à comprendre les autres et à les aider à grandir et à se développer. Tout en élevant une jeune famille, elle est retournée à l’école du soir et a suivi une formation de conseiller. Elle termine actuellement son diplôme de formation d’enseignant afin de pouvoir non seulement aider les jeunes et les enfants en difficulté à traverser des moments difficiles, mais aussi les aider à exceller sur le plan scolaire. Si je lui demandais directement, Kelly ne se considérerait pas comme une femme inspirante et serait choquée que quelqu’un d’autre pense qu’elle puisse l’être, et c’est exactement pour cela qu’elle m’inspire autant.

Joanna Luke : Très certainement Audrey Hepburn. Elle était révolutionnaire dans sa carrière de mannequin et de cinéaste, avait tant de grâce, d’élégance et de charme et était belle à l’intérieur comme à l’extérieur. Elle a grandi dans une zone de guerre, sans que vous le sachiez, et plus tard dans sa vie, elle a aidé tant de personnes dans des situations désespérées. Forte sur le plan émotionnel, connue pour son action humanitaire, reconnue par l’UNICEF pour son travail, elle a surtout toujours été elle-même, laissant transparaître sa personnalité. J’adore sa citation « En vieillissant, vous découvrirez que vous avez deux mains, l’une pour vous aider vous-même, l’autre pour aider les autres. »